NEOSAVEURS

Le Projet.

L’expérience d’immigration contribue souvent à la détérioration de la santé, plus particulièrement des femmes. La littérature scientifique existante démontre le côté éphémère du phénomène de l’immigrant en bonne santé ». À leur arrivée, l’état de santé de la plupart des immigrant.e.s est meilleur que la moyenne canadienne. Cependant celui-ci se détériore rapidement et les immigrant.e.s, notamment les personnes issues des minorités ethnoculturelles, développent autant de maladies chroniques, que les personnes nées au Canada, au bout de quelques décennies de résidence.Par ailleurs, les immigrant.e.s expérimentent des inégalités de santé considérables. En effet, dans le réseau de la santé canadien, répondre aux besoins des populations immigrantes hétérogènes et en croissance constitue un défi, notamment quand elles sont confrontées aux barrières linguistiques et au manque d’information sur l’accès aux services ou leur navigation et lorsque leurs antécédents et leurs valeurs sont diversifiés et ne sont pas bien compris. 

De plus, ces populations profitent rarement des approches d’amélioration de la santé, prouvées efficaces puisqu’elles sont rarement impliquées comme partenaires dans les recherches et dans le développement conjoint d’interventions pour l’amélioration de leur santé et de leur bien-être. 

Go top